Les panneaux végétales

Songez-vous depuis un moment à fabriquer un jardin mural ? Il importe de sélectionner le bon type de plantes et de se familiariser avec les possibilités, avant d’installer des panneaux végétales.

Dans le cadre de notre série d’articles portant sur les différents murs végétal, voici des astuces pour installer des panneaux végétales.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Un mur végétal érigé à l’aide de panneaux est bien plus qu’un simple mur garni de plantes vertes : c’est une véritable oeuvre d’art vivante ! Les plantes que vous sélectionnerez sont des organismes vivants. Vous pourrez contempler leur évolution jour après jour, d’une saison à l’autre. Ce type de jardin fonctionne de ma même façon qu’une les plantes que l’on fait traditionnellement pousser en pots.

Afin que votre installation perdure le plus longtemps possible, il importe d’opter pour des plantes ayant moins besoin d’eau en positionnant celles-ci tout en haut du mur. Un mur végétal a tendance à être plus humidifié vers le bas (avec la gravité, l’humidité descend…). La clé du succès consiste à tenir compte de nombreux paramètres, dont la luminosité et de l’arrosage, au moment de la conception d’un mur végétal à l’aide de panneaux.

Avantages des panneaux végétales

  • Toute l’installation est légère.
  • Le feutre sert d’alternative au substrat. Les racines se divisent, s’ancrent aisément. Elles sont en mesure d’y puiser l’eau à même les couches de feutre, ainsi que les sels nutritifs.
  • Ce type de système est facile à mettre en oeuvre. Il n’est pas nécessaire de se référer à un professionnel, l’auto-construction étant possible pour quelqu’un de moindrement bricoleur.
  • Le prix est abordable, lorsqu’on sait se procurer les produits aux bons endroits.

Inconvénients des panneaux végétales

  • Ce type de système requiert un entretien minimum régulier et rigoureux.
  • La culture hors-sol (hydroponique) est destinée à des jardiniers disposant de connaissances de bases en termes de solution nutritive (contrôle pH et EC) de même que de contrôle chimique de la qualité.
  • Il survient généralement une faible rétention d’eau. Ce qui résulte en un cycle d’arrosage quotidien.
  • Ce type d’installation a tendance à s’avérer très sensible au stress hydrique. Ce qui signifie qu’il survient de la mortalité des végétaux en peu de temps. Quand le feutre n’est pas suffisamment épais, il sèche très vite.
  • La déperdition d’engrais et d’eau est considérable, puisque la fréquence d’arrosage de ce type de mur est quotidienne.

Comment s’y prendre pour l’installation ?

  • Évitez de positionner un mur végétal auprès de sources de chaleur importantes, comme une cheminée. Les zones qui gèlent aisément sont également à proscrire.
  • Préconisez un emplacement suffisamment large pour y circuler aisément. Dans un lieu trop étroit, les risques d’endommagement des plantes sont plus élevés.
  • Fixez solidement les panneaux qui constitueront le mur vertical. Pour les installations s’élevant au-delà de 2 mètres carrés, un mur porteur est obligatoirement requis.
Utilisez une des trois méthodes d’installation d’un mur végétal :
  • MÉTHODE PATRICK BLANC : L’inventeur du mur végétal a donné son nom à la méthode qui se sert d’une armature pour fixer des panneaux (en PVC expansé). Ces panneaux sont recouverts d’une feutrine de jardinage.
  • MÉTHODE VERTISS : Les professionnels ont habituellement recours à cette méthode. Ils se servent de pots remplis de substrat léger pour constituer un mur végétal.
  • MÉTHODE GREENWALL : Bien adaptée aux murs extérieurs, cette méthode permet d’empiler divers récipients remplis de sphaigne pour construire un mur végétal.
Pour en savoir plus :